Shadow IT – Comment gérer ?

Shadow IT – Comment gérer ?

Le Shadow IT, aussi appelé Rogue IT, est un phénomène de plus en plus présent au sein des entreprises. Mais savons-nous vraiment ce qu’est le « Shadow IT » ? Par le passé il était le fruit de l’impatience d’un employé souhaitant accéder rapidement à un logiciel ou à...

Profitons du confinement pour partager nos expériences !

Profitons du confinement pour partager nos expériences !

data – innovation – process – digitalL'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE APPLIQUÉE AU MARKETING Lundi 13 avril 2020 à 14h00L'intelligence artificielle au service du BTP et de l'immobilier Mercredi 15 avril 2020 à 14h00L'intelligence artificielle au service de la santé Jeudi...

Lexique IT

Lexique IT

Langages : HTML : Langage qui constitue la base de n'importe quelle page Web (Boutons, titres, paragraphes), il est le seul à avoir ce rôle et ne possède pas d'intelligence à proprement parler. C'est un langage composé de balises. CSS : Marche de pair avec le HTML, il...

Votre boss lit-il tous vos mails

Votre boss lit-il tous vos mails ?

20 Déc, 2018 | Société | 0 commentaires

NLP, Intelligence Artificielle : que permettent ces outils d’Intelligence Artificielle ?

Email et sentiment analysis

Les mails des employés contiennent de précieux renseignements sur le moral de l’entreprise et pourraient même servir de système d’alerte rapide pour découvrir des actes délictueux. Certaines entreprises aux US font appel à KeenCorp pour analyser les courriels de leurs employés. KeenCorp ne lit pas réellement les courriels : son logiciel se concentre sur les modèles de mots et leur contexte. Le logiciel attribue ensuite au corps des messages un index numérique qui vise à mesurer le niveau d’«engagement» des employés.

Cet outil est basé sur les techniques d’Intelligence artificielle, comme le NLP (Natural language processing).

Aurait-on pu éviter Enron en lisant les mails des employés ?

Ils ont testé le logiciel en utilisant plusieurs années de courriels envoyés par les 150 principaux dirigeants d’Enron, qui avaient été rendus publics après la disparition de la société. Le logiciel avait retourné le score d’indice le plus bas à la fin de 2001, lorsque Enron a déposé son bilan.

Dans un article récent, des chercheurs de la Harvard Business School et de l’Université de l’Illinois à Chicago ont constaté que le cours des actions d’une société baisse considérablement dans les mois qui suivent le changement subtil au niveau de la sémantique. Les chercheurs ont cité en exemple NetApp, une entreprise de gestion de données de la Silicon Valley. Le rapport annuel 2010 de NetApp indique : « Le non-respect des exigences réglementaires du gouvernement américain pourrait nous exposer à des amendes et autres pénalités. » Répondant à la même préoccupation dans le rapport 2011, la société a précisé que le  » défaut de conformité  » s’appliquait à  » nous ou à nos partenaires revendeurs « . Même un analyste avisé des actions humaines aurait pu manquer cette phrase, mais les algorithmes des chercheurs ont déclenché une alarme. A ce moment-là, le cours de l’action NetApp avait déjà chuté de 20 %.

Le Département du Commerce a par la suite déterminé que NetApp n’avait violé aucune loi américaine sur l’export. Bien que l’analyse de texte soit devenue courante à Wall Street,elle n’a pas encore été largement utilisée pour évaluer les mots écrits par les employés au travail. Les équipes des RH ont leurs propres façons de surveiller le moral des employés, mais les gens ne sont pas nécessairement honnêtes lorsqu’on leur pose des questions sur leur travail, même dans des sondages anonymes.

Notre grammaire, notre syntaxe et nos choix de mots pourraient trahir davantage nos sentiments réels. Le logiciel n’est qu’un avertissement, bien sûr – il n’est pas formé à la loi Sarbanes-Oxley. Mais un avertissement pourrait suffire à mettre au jour de graves problèmes.

Quid de la protection de la vie privée ?

KeenCorp ne recueille, ne stocke ni ne communique aucune information au niveau individuel.Selon KeenCorp, tous les messages sont « dépouillés et traités de manière à ce que la vie privée des employés soit entièrement protégée ». Néanmoins, le dirigeant admet que de nombreuses entreprises souhaitent obtenir des informations sur les individus.